02 juillet 2009

La Maison de la Personnalité

"vous vous trouvez dans un sentier étroit mais bien tracé qui serpente dans une forêt par un beau jour d’été.

[…]

Vous arrivez dans une clairière et y découvrez une maison, manifestement abandonnée mais qu’il est tentant d’explorer. A côté de la maison se trouve un vieux puits en pierre.”

“ envisagez que […] la maison représente symboliquement a totalité de votre personnalité ou, plutôt, la façon dont votre inconscient voit votre personnalité. Pour la plupart des sujets, le rez-de-chaussée représente leur personnalité consciente, le sous-sol figure le subconscient et les étages supérieurs la conscience abstraite, spirituelle et collective.[…]”

Lieu : Position du “Dieu égyptien” au bord du lit.
Moment : le soir avant de dormir.
État d’esprit : satisfaite de la journée et du travail accompli. Quelques petits problèmes de concentration au début, un peu de mal a rester dans la méditation.

J’ai d’abord fait le récit et ensuite ajouté “entre les lignes” l’analyse que j’en fais. Le tout est assez long mais d’une réelle richesse.

La maison que je visite est blanche, avec 4 colonnes sur la façade, et une sorte de terrasse a l’ombre de ces colonnes. En fait elle ressemble un peu a certaines maisons louisiannaiseslouisianaises que j’ai pu voir en photo ou dans des reportages. Tout est calme et elle n’est pas habitée. La large porte battante est ouverte et donne sur une grande pièce ou trônent des fauteuils club immenses en cuir sombre. A droite une sorte de bibliothèque ou une salle d’étude dans un style très britannique avec un joli petit bureau.

(les 4 colonnes, les couleurs sombres me font penser a une très forte présence de l’élément terre. A quelque chose de très réel et matériel. S’ancrer enfin dans le monde terrestre est lorsque l’on est comme moi faite d’air et de vapeurs d’eau vraiment une bonne chose.)

(la bibliothèque et le bureau a droite, du cote de l’action me rappelle que ma reprise d’études devient bien réelle, et que j’ai tous les éléments pour la mener a bien.)

L’atmosphère qui se dégage est relativement masculine, plutôt celle que l’on imagine dans un club londonien, entre cigare et journaux d’études.

(ma relation forte et passionnelle avec l’aspect de la divinité ne semble pas interférer avec l’équilibre entre masculin et féminin de ma personnalité. Peut-être au fond me vois-je si masculine que j’ai besoin d’être plus en rapport avec cet élément masculin pour retrouver )

A l’arrière une immense cuisine très rustique et campagnarde. Une grande cheminée y trône.

Un large escalier en marbre blanc mené a l’étage ou se trouvent 8 portes au total. Elles sont faites d’une sorte de bois lazuré. Les 3 premières portes s’ouvrent sur deux chambres, très petites et mansardées, très claires, très vieux jeu mais qui respirent la propreté, et les sachets de rose et de lavande et sur une salle de bain entre les deux, qui dégage exactement la même fraîcheur et la même propreté.

(J’analyse toute cette fraîcheur et cette propreté comme la lumière que je parviens peu a peu a faire sur mes zones d’ombre. Moi qui de plus ne suis ni une fée du logis ni une adepte des décors du type B&B britanniques… la pureté de mes intentions aussi)

(les chambres sont très semblables a une autre petite chambre que j’avais visualisée il y a quelques années dans le début de la même méditation. J’analyserais cela plus tard)

Viennent ensuite a gauche deux pièces dont la porte est fermé, puis une autre porte que je décide d’ouvrir plus tard. Enfin les deux dernières pièces ressemblent plus a des greniers, assez poussiéreuses et qui n’ont pas été visitées depuis bien longtemps. Le sol est un plancher en bois. İl y a de tous petits vélux qui donnent assez de lumière pour voir mais n’en font pas des pièces ou l’on peut vivre. Elles sont presque vides a l’exception de quelques boîtes et cartons sur une étagère que je choisi de venir explorer une autre fois.

(les pièces fermées sont d’autres aspects de ma relation avec la spiritualité que je n’ai pas encore expérimenté)

(les “greniers” sont des aspects de mon âme que je dois encore nettoyer et purifier. En ouvrant les boites qui s’y trouvent.)

Au rez-de-chaussée il y a une porte au fond de la pièce juste dans l’alignement de la porte d’entrée. Elle mené a la cave. L’escalier ne me semble pas si rassurant. La méditation ayant déjà été assez longue, et ma concentration baissant, je préfère ne pas m’y engager tout de suite.

La maison dégage quelque chose qui ressemble aux proportions de ma propre maison, même si elle en diffère totalement par l’esprit et la décoration. Et d’ailleurs ce ne serait pas tout a fait le genre de décor qu’il me plairait. Mais je ne me dis que ce fait fait penser une fois de plus a enfin une prise sur le monde réel de ce que je suis, après des années de comportement “aérien”

Je crois que pour réussir l’exercice il est assez important de rester dans l’action de la visite de la maison et de na pas analyser “sur place” au risque de ne plus être dans la spontanéité des images qui nous viennent mais de les forcer.

La suite de cette palpitante visualisation… un peu plus tard!


Commentaires sur La Maison de la Personnalité

Nouveau commentaire